Archives du Mois : juin 2015

juin
30

Automatic Color Grading « 3-strip » a la Technicolor from the 30′s to the 60′s

The Nexyad Skin Three-Strip a la Technicolor 30’s – 60’s :

Following its two-color process, the Technicolor Motion Picture Corporation launched in 1932 a camera that simultaneously managed three films black & white, one as red-sensitive, the second green-sensitive and the last blue-sensitive. From these negative films, they applied an additional dye color for each matrix (subtractive) and then perfectly juxtaposed the three matrices on perforated film and each was used as a printing plate to be deposited on a support: the positive copy. The Movies using this three-strip process met a huge success with the public because the beauty of their images. It allowed for the first time a « supersaturation » of some colors. Some lamented that purpose in the name of « realism », while creatives used it the whole range available to them (particularly for its Walt Disney cartoons). This revolutionary technique comes from MIT engineer Herbert Kalmus.

The Nexyad skin three-strip reproduces the Technicolor render of the thirties to the sixties movies, as analyzed in many films. It is not just saturating the colors, or multiplying the red, green and blue together. Otherwise strong color saturation quickly leads to fluorescent colors everywhere; meadows « lime green » skies « cobalt blue », etc … in all circumstances. This is not what you can observe on old Technicolor movies : the “saturation” effect comes from the fact that desaturated colors and saturated ones are put together with less color tones than in reality and less variations of middle saturations : see « The Wizard of Oz, » « Gone with the Wind, » « Duel in the Sun, » « An American in Paris, » « Scaramouche » « Ben Hur », « Lawrence of Arabia », etc.

The overall rendering of Nexyad skin 3-Strip is rather dark in luminance (case generally observed on the period films), with a quite strong contrast saturation: low saturated colors may alternate with saturated color spots. Similarly, all colors are not possible. In particular, the red shades are highly targeted.

Technology Demo Nexyad Skin "3-Strip" a la Technicolor 30's to 60's (film #1) from NEXYAD on Vimeo.

Le Nexyad Skin Three-Strip a la Technicolor 30’s – 60’s :

C’est à la suite de son bichrome que la société Technicolor Motion Picture Corporation lança en 1932 une caméra qui gérait simultanément trois films noir & blanc, l’un sensible au rouge, le second au vert et le dernier au bleu. À partir de ces négatifs, on appliquait un colorant complémentaire de la couleur correspondant à chaque matrice (synthèse soustractive), puis on juxtaposait parfaitement les trois matrices sur film perforé et chacune était utilisée comme cliché d’imprimerie pour être déposée sur un support : la copie positive. Les films utilisant ce procédé trichrome rencontrèrent un immense succès auprès du public pour la beauté de leurs images. Il permit pour la première fois une « sursaturation » des couleurs. Certains déplorèrent cet effet au nom du « réalisme », tandis que des créatifs utilisèrent toute la palette à leur disposition (en particulier Walt Disney pour ses dessins animés). On doit cette technique révolutionnaire à l’ingénieur du MIT Herbert Kalmus.

Le Nexyad Skin Three-Strip reproduit le procédé Technicolor des années trente aux années soixante, tel que nous l’avons analysé dans de nombreux films. Il ne s’agit pas simplement de saturer les couleurs, ou de multiplier les couches rouge, verte et bleu entre elles. Sinon nous obtenons vite des couleurs fluorescentes partout ; des prairies « vert acidulé », des ciels « bleu cobalt », etc… en toutes circonstances. En revanche, nous donnons de l’éclat à certaines teintes comme pour les films célèbres : « Le Magicien d’Oz », « Autant en Emporte le Vent », « Duel au Soleil », « Un Américain à Paris », « Scaramouche », « Ben Hur », « Lawrence d’Arabie », etc.

Le rendu global du Nexyad Skin Three-Strip est plutôt sombre en luminance (cas généralement observé sur les films d’époque), avec un contraste de saturation assez fort : des teintes peu saturées peuvent alterner avec des taches de couleurs saturées. De même, toutes les teintes ne sont pas possibles. En particulier, les teintes de rouge sont très ciblées.

juin
28

Nexyad Skin « 3-strip » a la Technicolor 30′s to 60′s, an automated color grading technology

Nexyad Skin « 3-strip » a la Technicolor 30′s to 60′s, an automated color grading technology : Newsletter #9 in English

Skin Nexyad « 3-strip » (trichrome) a la Technisolor 30′s to 60′s, une technologie d’étalonnage automatisée : Newsletter n°9 en français

juin
23

Newsletter #8 : Automatic Calibration & Color Grading

You will find the Nexyad Visual-Effects Newsletter #8 HERE.

About the new Nexyad Skin « Green & Pink », a method for automatic calibration and color grading.

juin
17

Demos of our Nexyad Skins are now present on Vimeo

Watch our film demos of Automatic Calibration & Color Grading in HD by joining Nexyad Channel on Vimeo !

https://vimeo.com/nexyad

juin
08

« Green & Pink » Nexyad Skin, example #2

This color grading did not need any human intervention (automatic adaptive color grading : it is NOT a LUT), automatic treatments image processing was directly applied on rushes.
The Nexyad Skins are based on a high-tech processing system combining image analysis, artificial intelligence, human visual perception analysis, image processing and color theories of great pictorial movements.
Artists’s creativity is released with the Nexyad skins (you don’t need to talk in technical words anymore, just in artistic words), which also allow lower post-production costs to the financials, and enhance the viewer’s experience by ensuring visual result worthy of the great Hollywood productions.

Technology demo Nexyad Skin "Green & Pink" (film 02) from NEXYAD on Vimeo.

Cet exemple d’étalonnage couleur n’a nécessité aucune intervention humaine, il s’agit de traitements automatiques adaptatifs (ce n’est pas une LUT) appliqués directement sur le film rush.
Les Nexyad Skins reposent sur une technologie de haut niveau alliant l’analyse de l’image, l’intelligence artificielle, l’analyse de la perception visuelle humaine, le traitement de l’image et les théories de la couleur de grands mouvements picturaux.
Les Nexyad Skins libèrent la créativité des artistes en charge de l’image (plus besoin de parler en termes techniques, le créatif reste dans son monde artistique), permettent aux financiers de baisser les coûts de post-production, et améliorent l’expérience du spectateur en garantissant un résultat visuel digne des supers productions Hollywoodiennes.

juin
01

« Green & Pink » the new Nexyad Skin from technology of our unit Visual-Effects.

Automatic calibration Nexyad « Green & Pink » is a grammar of colors between… green to pink. Shadow and medium luminances turned to green while skins, particularly faces, pulling to pink. Colors that do not agree to this grammar are forced to converge to either one or to the other of these two dominant hues to avoid lapses in taste, as theorized by artists of first art : painting. Once again, after « Teal & Orange » Nexyad Skin, we note that pure green is opposed to magenta on the color wheel. This combination produces a maximum color contrast that gives, with less saturation, the green and pink effect observed on demo movies above.
This type of color calibration tends to give a dramatic effect to images. This was seen in thrillers, science-fiction movies, spy movies, and detective movies and also super-natural scenes. It has been used more or less exacerbated in the series of movies « The Matrix ».

L’étalonnage automatique Nexyad « Green & Pink » consiste en une grammaire de couleurs opposant le vert au rose. Les ombres et les luminances moyennes sont tournées vers le vert tandis que les peaux, et en particulier les visages, tirent vers le rose. Les couleurs qui ne s’accordent pas à cette grammaire sont forcées à converger soit vers l’une soit vers l’autre de ces deux teintes dominantes pour éviter toutes fausses « notes » de goût, comme l’ont théorisé des artistes du premier art : la peinture. Une fois encore, après le « Cyan & Orange » vu dans la précédente Newsletter, on remarque, que le vert pur se trouve en face du magenta sur le disque des couleurs. Cette association produit un contraste de couleur maximum qui nous donne avec une moindre saturation l’effet vert et rose observée sur les films de démonstration ci-dessus.
Ce type d’étalonnage couleur à tendance à donner un effet dramatique aux images. On le voit dans les films de Science-Fiction, les films d’espionnage et policiers. Il a été utilisé de façon plus ou moins exacerbée dans la série des films « Matrix ».

NEXYAD Skin "Green & Pink" 01 – An Automatic Calibration & Color Grading Technology Demo from NEXYAD on Vimeo.

This color grading did not need any human intervention (automatic adaptive color grading : it is NOT a LUT), automatic treatments image processing was directly applied on rushes.
The Nexyad Skins are based on a high-tech processing system combining image analysis, artificial intelligence, human visual perception analysis, image processing and color theories of great pictorial movements.
Artists’s creativity is released with the Nexyad skins (you don’t need to talk in technical words anymore, just in artistic words), which also allow lower post-production costs to the financials, and enhance the viewer’s experience by ensuring visual result worthy of the great Hollywood productions.

Cet exemple d’étalonnage couleur n’a nécessité aucune intervention humaine, il s’agit de traitements automatiques adaptatifs (ce n’est pas une LUT) appliqués directement sur le film rush.
Les Nexyad Skins reposent sur une technologie de haut niveau alliant l’analyse de l’image, l’intelligence artificielle, l’analyse de la perception visuelle humaine, le traitement de l’image et les théories de la couleur de grands mouvements picturaux.
Les Nexyad Skins libèrent la créativité des artistes en charge de l’image (plus besoin de parler en termes techniques, le créatif reste dans son monde artistique), permettent aux financiers de baisser les coûts de post-production, et améliorent l’expérience du spectateur en garantissant un résultat visuel digne des supers productions Hollywoodiennes.