«

»

juin
30

Automatic Color Grading « 3-strip » a la Technicolor from the 30′s to the 60′s

The Nexyad Skin Three-Strip a la Technicolor 30’s – 60’s :

Following its two-color process, the Technicolor Motion Picture Corporation launched in 1932 a camera that simultaneously managed three films black & white, one as red-sensitive, the second green-sensitive and the last blue-sensitive. From these negative films, they applied an additional dye color for each matrix (subtractive) and then perfectly juxtaposed the three matrices on perforated film and each was used as a printing plate to be deposited on a support: the positive copy. The Movies using this three-strip process met a huge success with the public because the beauty of their images. It allowed for the first time a « supersaturation » of some colors. Some lamented that purpose in the name of « realism », while creatives used it the whole range available to them (particularly for its Walt Disney cartoons). This revolutionary technique comes from MIT engineer Herbert Kalmus.

The Nexyad skin three-strip reproduces the Technicolor render of the thirties to the sixties movies, as analyzed in many films. It is not just saturating the colors, or multiplying the red, green and blue together. Otherwise strong color saturation quickly leads to fluorescent colors everywhere; meadows « lime green » skies « cobalt blue », etc … in all circumstances. This is not what you can observe on old Technicolor movies : the “saturation” effect comes from the fact that desaturated colors and saturated ones are put together with less color tones than in reality and less variations of middle saturations : see « The Wizard of Oz, » « Gone with the Wind, » « Duel in the Sun, » « An American in Paris, » « Scaramouche » « Ben Hur », « Lawrence of Arabia », etc.

The overall rendering of Nexyad skin 3-Strip is rather dark in luminance (case generally observed on the period films), with a quite strong contrast saturation: low saturated colors may alternate with saturated color spots. Similarly, all colors are not possible. In particular, the red shades are highly targeted.

Technology Demo Nexyad Skin "3-Strip" a la Technicolor 30's to 60's (film #1) from NEXYAD on Vimeo.

Le Nexyad Skin Three-Strip a la Technicolor 30’s – 60’s :

C’est à la suite de son bichrome que la société Technicolor Motion Picture Corporation lança en 1932 une caméra qui gérait simultanément trois films noir & blanc, l’un sensible au rouge, le second au vert et le dernier au bleu. À partir de ces négatifs, on appliquait un colorant complémentaire de la couleur correspondant à chaque matrice (synthèse soustractive), puis on juxtaposait parfaitement les trois matrices sur film perforé et chacune était utilisée comme cliché d’imprimerie pour être déposée sur un support : la copie positive. Les films utilisant ce procédé trichrome rencontrèrent un immense succès auprès du public pour la beauté de leurs images. Il permit pour la première fois une « sursaturation » des couleurs. Certains déplorèrent cet effet au nom du « réalisme », tandis que des créatifs utilisèrent toute la palette à leur disposition (en particulier Walt Disney pour ses dessins animés). On doit cette technique révolutionnaire à l’ingénieur du MIT Herbert Kalmus.

Le Nexyad Skin Three-Strip reproduit le procédé Technicolor des années trente aux années soixante, tel que nous l’avons analysé dans de nombreux films. Il ne s’agit pas simplement de saturer les couleurs, ou de multiplier les couches rouge, verte et bleu entre elles. Sinon nous obtenons vite des couleurs fluorescentes partout ; des prairies « vert acidulé », des ciels « bleu cobalt », etc… en toutes circonstances. En revanche, nous donnons de l’éclat à certaines teintes comme pour les films célèbres : « Le Magicien d’Oz », « Autant en Emporte le Vent », « Duel au Soleil », « Un Américain à Paris », « Scaramouche », « Ben Hur », « Lawrence d’Arabie », etc.

Le rendu global du Nexyad Skin Three-Strip est plutôt sombre en luminance (cas généralement observé sur les films d’époque), avec un contraste de saturation assez fort : des teintes peu saturées peuvent alterner avec des taches de couleurs saturées. De même, toutes les teintes ne sont pas possibles. En particulier, les teintes de rouge sont très ciblées.